Un peu d’histoire…
La tarte flambée ou flammekueche en alsacien,  est un plat traditionnel de la cuisine alsacienne, mais également des régions adjacentes , composé d’une très fine  pâte à pain recouverte de crème fraîche et/ou de fromage blanc, le bibeleskaes, et garnie de lardons, d’oignons crus en rondelles, déclinée en multiples variantes, puis rapidement cuite au four à pain très chaud.
L’apparition de la tarte flambée remonte à l’habitude des paysans de faire cuire leur pain toutes les deux ou trois semaines. C’était alors une petite fête et, pour la marquer, la pâte qui restait après la préparation des miches était étalée et recouverte de lait caillé « sürmellich » (plus tard de fromage blanc, d’oignons et de lardons) et le tout était passé pendant quelques minutes au four. Les tartes flambée était alors présentée sur une planche à découper en bois de boulanger, et était découpée en rectangles. Chacun roulait sa part et la mangeait brûlante avec les doigts. C’est d’ailleurs toujours ainsi que les Alsaciens la mangent, même au restaurant : avec les doigts.
La cuisson traditionnelle du pain dans un four à bois en pierre se prêtait à la cuisson de ces flammekueche : immédiatement après le chauffage du four au feu de bois, celui-ci était trop chaud pour y faire cuire le pain. Il fallait attendre qu’il atteigne la température correcte. La température était à ce moment idéale pour faire cuire les tartes flambées. On repoussait les braises, on glissait la fine tarte, et en peu de temps, elle était prête lorsque ses bords léchés par les flammes commençaient à noircir.
A aujourd’hui, les flammekueche se déclinent en différentes variétés selon les restaurants.